Recherche personnalisée

 

Faire une corde

 

 

Tourner vers la gauche trois fils de caret pour former un toron. Pour faire trois torons il faut neuf fils de caret.

 

Il ne reste plus qu'à tourner vers la droite trois torons pour obtenir le cordage.

 

Les éléments du cordage restent réunis parce qu'ils sont tournés dans des sens opposés.

 

La corde finale aura le 3/4 de la longueur des fils (carets) utilisés pour faire les torons.

 

Pour faire une corde plus grosse on a deux méthodes :

 

1°        utiliser plus de fils (caret) pour faire les torons.

Corde plus souple et élastique.

 

2°        Faire des  petites cordes pour les carets et retorde ces petites cordes (carets) pour
           les torons.

Corde plus rigide et moins élastique.

 

Méthode manuelle :

 

 1° :

Couper 9 fils de la même longueur pour faire 3 torons.

Attacher ces 9 fils à un point d’attache. Ils forment les neuf carets.

 


2° :

Attacher 3 carets à un point de tournage.

Tourner ces trois fils vers la gauche en gardant une pression sur ces fils. Arrêter lorsque la longueur du toron est au 4/5 de la longueur des fils (carets).

 


 

Une fois ces trois carets bien tortus, ils forment le premier toron. En gardant la pression sur le toron, attacher le à un autre point d’attache.

 


 

 Faites de même pour les deux autres groupes de trois fils, pour former 2 autres torons.

 

Attacher ces trois torons à un point de tournage.

Tourner ces trois fils vers la droite en gardant une pression sur ces fils.

 


 

Une fois les trois torons bien tendus, faite un nœud au point de tournage avec les trois torons. Couper et votre corde est faite.

 

Vous pouvez faire des cordes multi couleurs en prenant des fils (carets) de couleur différentes pour former les torons.

 

Pour faire une plus grosse corde avec cette méthode, répéter ces étapes pour faire 9 cordes et avec ces 9 cordes recommencer ces étapes.

 

Balle 100% de coton de 4 brins
 

Coton no. 30
 

 

80% coton et 20% polyester

 

 

 

 


2 x Méthode
=9 cordes

 

 

 

 

Fait avec
du
Phentex


 

 

Longueur totale et nombre de fils nécessaires pour faire une corde de 2 ou 3 torons de 1 mètre.

 

Pour savoir la longueur totale de fils nécessaires pour faire une corde, multiplier la longueur pour un mètre par la longueur de corde désirée.

 

Ex. pour une corde de 4,55 mètre faite avec 3 carets de 3 fils et à 3 torons

Nombre de fils nécessaire = 27 fils

 

Longueur du fils = 1,25 * 4,55 = 5,69 mètres

 

Longueur de fils total nécessaire pour 1 mètre = 33.75 mètres

 

= 33,75 * 4,55 = 153,56 mètres de fils nécessaires

 

Pour 1 mètre de corde, la longueur du fils nécessaire est de 1,25 mètre

 

Caret  de 1 fils

 

 

2 torons

3 torons

Nombre de carets

Nombre de fils total

Longueur totale de fils en mètre

Nombre de fils total

Longueur totale de fils en mètre

2

4

5,0

6

7,50

3

6

7,5

9

11,25

4

8

10,0

12

15,00

Caret  de 2 fils

 

2

8

10,0

12

15,00

3

12

15,0

18

22,50

4

16

20,0

24

30,00

Caret  de 3 fils

 

2

12

15,0

18

22,50

3

18

22,5

27

33,75

4

24

30,0

36

45,00

Caret  de 4 fils

 

2

16

20,0

24

30,00

3

24

30,0

36

45,00

4

32

40,0

48

60,00

Caret  de 5 fils

 

2

20

25,0

30

37,50

3

30

37,5

45

56,25

4

40

50,0

60

75,00

Caret  de 6 fils

 

2

24

30,0

36

45,00

3

36

45,0

54

67,50

4

48

60,0

72

90,00

 

 

Méthode avec rouet :

 

Pour fabriquer les cordes utilisées dans les fermes (cordes à veaux, cordes de levage), on se servait d’un « moule à cordes ». Il se compose de deux parties : l’une appelée rouet comporte généralement quatre crochets mus par une seule manivelle, à l’autre côté se trouve le carré, c’est-à-dire un seul crochet pivotant fixé sur un poteau lui-même monté sur des roulettes.

 

On passe le fil d’un crochet du rouet à celui du carré et on revient sur un deuxième crochet du rouet. Et ainsi de suite en suivant un huit. La grosseur de la corde dépend du nombre de huit effectué. A l’épaisseur voulue, un aide fait tourner les crochets du rouet, pendant que le cordier prend soin de maintenir les fils séparés. Les fils torsadés deviennent des torons. Au fur et mesure qu’ils se forment, le carré se rapproche un peu du rouet. Au moment où les torons sont assez torsadés, le cordier glisse entre eux un billot ou toupin (petite pièce en bois de forme ovale, assez creusée pour engager les torons) et le place contre le crochet du carré qu’un autre aide fait alors tourner, pour permettre aux quatre torons de se torsader ensemble. La corde se forme à mesure que le cordier conduit le billot vers le rouet.

 

Aujourd’hui en matière synthétique, les cordes d’autrefois étaient souvent en sisal, nom d’une agave du Mexique aux feuilles fibreuses. (L’agave très ornementale peut atteindre 10 m. C’est aussi le nom d’un port, ancien centre de la civilisation des Mayas). Pour ne rien perdre on utilisait aussi les ficelles liant les bottes qu’il fallait alors rapondre, sinon osier ou leiche (grande herbe coupante) pouvaient également lier les bottes moissonnées.

 

 

Une personne tournait alors les crochets du rouet à l’aide d’un système très simple mais qui permettait à tous les crochets de tourner à la même vitesse. Le rouet était fixe et le tourneur se tenait sur le pied du rouet pour l’immobiliser. A l’autre extrémité une autre personne avait glissé entre les fils un toupin, pièce de bois avec des encoches qui évitait que les fils ne s’emmêlent. Cette personne maintenait le toupin près du carré tandis que son collègue tordait les cordes. Lorsque l’on faisait de longues cordes on posait en outre un chevalet entre le rouet et le carré. Le chevalet était un « T » qui portait une rangée de dents en bois, pointées vers le haut. Le chevalet aidait lui aussi à maintenir les fils séparés. Le carré, muni de roues, avançait doucement au fur et à mesure que les fils se torsadaient.

 

Lorsque les fils torsadés (torons) commençaient à vriller, le cordier poussait le toupin vers le rouet tandis que son aide tournait le crochet du carré dans le sens opposé à la première tension, ainsi la corde ne se détord pas. Corde qui apparaît progressivement derrière le toupin. Il était important de donner une bonne tension aux fils.

 

A

C

B

 

  

 

 


La fabrication d'une corde nécessite le concours de 3 ouvriers places en A, B et C.

 

1ère phase : Les ficelles sont tendues du crochet "0" (adapté au chantier mobile A) aux 4 crochets "1, 2, 3 et 4" adaptés au chantier fixe B.

 

2eme phase : Les 4 "TORONS" sont formée simultanément en actionnant manuellement l'excentrique adapte au chantier fixe B.

 

3eme phase : 4 "TORONS" sont ensuite cordés ensemble en tournant le crochet "0" à l'aide de sa manivelle et en synchronisant cette rotation et le mouvement de l'excentrique, (opération appelée "COMMETTAGE").

 

Le "COCHOIR" appelé aussi "TOUPIN" est maintenu fermement par le Maître cordier qui règle la torsion tout en se déplaçant du chantier A vers le chantier B. Le cordage est plus ou moins serré selon que l'on veut obtenir une corde raide ou une corde souple.

 

Machine à corder sans toupin

 

Système permettant de se passer du chariot roulant intermédiaire (toupin) du livre «  L’art du modélisme » de B.Frölich.

 

Le système qui enroule les torons sur eux-mêmes est inchangé : on a donc trois axes qui tournent tous à la même vitesse

par contre à l’autre extrémité, les trois torons, au lieu de se réunir sur un axe central, doivent être disposés en triangle sur un plateau qui tourne, le chariot central est supprimé.

il est nécessaire que le bloc avec les trois axes soit fixe sur la planche tandis que le bloc avec le plateau soit monté sur roulettes et tiré en arrière par un contrepoids dont la course représente au minimum 20% de la longueur des brins,

Les brins sont ainsi tendus en permanence et le bloc plateau peut avancer progressivement au fur et à mesure du raccourcissement des brins

 

Déroulement des opérations

 

On commence par tourner les torons sur eux même jusqu’à obtenir un raccourcissement d’environ 20% de la longueur des brins.

 

Exemple : si ma planche fait un peu plus de 5 mètres les 3 brins font 5 mètres, lorsque je les tord sur eux même il raccourcissent de 20% soit un mètre, le bloc-plateau doit donc pouvoir avancer d’un mètre et le contrepoids monter d’un mètre aussi. Sur la photo on voit que j’utilise une mini perceuse pour faire fonctionner la machine. Cela va plus vite mais attention, si on va trop vite, ça chauffe et les Legos fondent, il faut donc trouver le juste milieu et il est conseillé de graisser les axes des pignons. Ne pas oublier de bloquer le plateau du bloc plateau sinon il va se mettre à tourner tout seul avant que les torons soient suffisamment tournés.

Une fois cette opération terminée on fait tourner le plateau en sens inverse ( si les torons ont été tournés dans le sens horaire le plateau doit tourner dans le sens anti horaire et vice versa, cela dépend du sens de commettage final que l’on souhaite )

 

On observe alors que le chariot qui porte le bloc plateau va reculer grâce à la traction du contrepoids, les trois torons en s’enroulant entre eux vont s’allonger, d’environ 0,4 mètre pour notre exemple soit 10% environ de la longueur initiale des trois brins. Si on continue à tourner, le chariot va cesser de reculer puis à nouveau avancer, il faut alors arrêter. On coupe alors aux deux extrémités. C’est fini. C’est beaucoup plus simple et rapide qu’avec le toupin et le résultat est aussi bon voire plus régulier.

 

 

Machine à corder mixte LEGO / Bois sans toupin

 

Lorsque vous en aurez assez de retrouver votre machine Lego en morceaux parce que vos enfants auront décidé de récupérer leur bien, vous aurez envie de faire quelque chose de plus définitif. Les photos qui suivent montrent un exemple de réalisation d’un bâti en contre-plaqué de 10mm supportant des engrenages LEGO

 

Vue antérieure du bâti fixe pour commettage à trois torons. Ce système d’engrenage ne se trouve plus à ma connaissance dans le commerce, mais le système Lego Technic actuel comporte des pignons plus petits qui peuvent tout à fait convenir.

Le même bâti avec le montage pour quatre torons

Vue arrière avec le moteur, ici une mini perceuse Maxicraft qui entraîne la roue dentée centrale. I

 

l y a un léger problème, c’est que la perceuse, même en vitesse lente , tourne beaucoup trop vite. Pour corriger cela il suffit d’interposer entre le transfo Maxicraft et la prise de courant un transfo 110/220v, et là, plus de problème, ça fonctionne au poil. Il va de soit que n’importe quel moteur adapté pour la circonstance conviendra très bien.

 

Les axes des pignons passent dans de petits morceaux de tube laiton de 6mm de diamètre extérieur et 5mm intérieur, enfoncés en forçant un peu dans le bois et bien graissés.

Le chariot mobile ne fait pas appel aux Lego sauf pour les roues,  il est très simple à réaliser. Il comporte 5 crochets, suffisants pour offrir les deux options 3 et 4 brins.

Un deuxième moteur est utilisé. Là aussi il faut réduire la vitesse de rotation de la mini perceuse comme précédemment.

Le mandrin agrippe directement l’axe du plateau qui passe ici dans un petit roulement à bille de récupération qui n’est pas indispensable.

Le bâti mobile se déplace sur la planche qui sert de chemin de roulement grâce à de petites roues en Lego dont l’axe emprunte là encore un tube laiton, ça roule tout seul !  Pour le fonctionnement, c’est identique au système tout Lego en moins bruyant.

 

http://gabierschimeriques.free.fr/modelisme/Ficelles.htm


Lors du marché Fleurance 1900, le 10 Mai 2009, après le Sabotier, nous avons eu la chance d'assister à la fabrication d'une corde avec les outils de l'ancien temps.

 

Je vous laisse admirer les engins qui, menés par deux ou trois personnes emberlificotent des cordelettes. Une dame tourne une manivelle d'un côté, ensuite c'est le tour de l'autre…

Au fur et à mesure les cordelettes s'unissent. Il n'y a plus que 4 petites cordes à associer ensemble par un nouveau mouvement de rotation. Une troisième personne fait glisser un objet qui semble unir le tout …

 

 

Enfin, à l'aide d'une torche, on brûle la corde, probablement pour la souder. Une personne passe derrière pour éteindre le feu à l'aide d'un chiffon humide.

 

Autres images

 


 


 

 

 

 

 

 

 

 

Accuil