Notation des composants

Présentation

Vous découvrirez ici la signification des appellations données aux transistors, diodes, triacs, thyristors et autres composants "codés". Ce qui vous permettra : 


- De déterminer le type d'un transistor en fonction de son appellation; 
- De trouver plus rapidement un transistor en fonction de l'application envisagée.


Il existe plusieurs systèmes de notation pour "décrire" un composant : 


- Notation "Pro-Electron" (nom commençant par la lettre A, B, C, ou R. Par exemple BC107, BFR90


- Notation selon standard JEDEC (Joint Electron Device Engineering Council ). Par exemple 2N2222


- Notation japonaise, avec un nom commençant par xSx (2SAxxxx, 2SCxxxx), selon le standard JIS (Japanese Industrial Standard ). Par exemple2SA494, 2SC690


- Nom commençant par les trois lettres TIP (Texas Instrument Power). Par exemple TIP31A, TIP42.

 

Notation "Pro-Electron"


Format : 2 lettres, [lettre], Numéro de série (ou Code série), [Suffixe]
Exemples : AC128, BC107, BFR90, BFY51

BFR90

 

B = première lettre

F = seconde lettre

R = [troisième lettre]

90 = Numéro de série

Première lettre
La première lettre désigne le matériau utilisé pour la partie active du composant

 

A = Germanium (désormais très peu utilisé) ou autre matériau dont la bande interdite est comprise entre 0,6 et 1,0 eV.

 

B = Silicium (le plus couramment utilisé de nos jours) ou autre matériau dont la bande interdite est comprise entre 1,0 et 1,3 eV.

 

C = Arsenure de gallium ou autre matériau dont la bande interdite est supérieure à 1,3 eV.

 

D = Sels, tels que Sulfure de cadmium, Antimonide d'indium ou autre matériau dont la bande interdite est inférieure à 0,6 eV.

 

R = Matériaux composés (par exemple Sulfure de cadmium). Application principales : détecteur de radiations, cellules photos-conductives, générateurs / capteurs Hall.

 

Seconde lettre 
La deuxième lettre désigne la fonction principale du composant (type / application)

 

A = Diode signal ou diode faible puissance.

B = Diode à capacité variable (Varicap).

C = Transistor BF (Basse Fréquence), petits signaux (faible puissance)

D = Transistor BF de puissance

E = Diode à effet Tunnel

F = Transistor HF (Haute Fréquence), faible puissance

G = Dispositifs multiples composés d'éléments dissemblables (oscillateurs ou réseaux de transistors, par exemple).

H = Diode pour mesure de champ magnétique (field probe)

K = Composants à effet Hall

L = Transistor HF forte puissance

M = Multiplicateurs et modulateurs Hall

N = Optocoupleurs (appelés aussi photocoupleurs).

P = Photodiode, phototransistor, photorésistance (LDR), Composant sensibles aux radiations / rayonnements

Q = Générateur de radiation / rayonnement (LED, par exemple)

R = Dispositif de commande et de commutation (résistance thermique jb > 15K/W), par exemple Triacs ou Thyristors (Redresseurs contrôlés) faible puissance

S = Transistor de commutation faible puissance

T = Dispositif de commande et de commutation (résistance thermique jb < 15K/W), tels que triacs, thyristors forte puissance, diode Schottky, diodes PNPN

U = Transistor de commutation forte puissance

X = Diode multiplicatrice (varactor, diode de recouvrement)

Y = Diode de redressement ou de récupération, forte puissance (souvent rapide)

Z = Diode de référence ou de régulation de tension (par exemple Zener).

Si 3ème lettre = W, alors diode d'écrêtage.

 

Code d'ordre

 

Le code d'ordre peut être composé de trois chiffres ou d'une lettre suivie de deux chiffres :


- 3 chiffres : nombre compris entre 100 et 999. Il n'existe pas de logique particulière pour l'attribution de ce numéro, qui reste à la "discrétion" du fabricant. Ces trois chiffres indiquent qu'il s'agit d'un composant plutôt destiné au grand public.


- Lettre + 2 chiffres : W, X, Y ou Z, suivie d'un nombre compris entre 10 et 99, Ce code indique qu'il s'agit d'un composant destiné aux applications professionnelles ou industrielles. La lettre L est réservée aux diodes LASER, la lettre T est réservée aux LEDs trois états ou trichromes, la lettre W est réservée aux diodes d'écrêtage. Les autres lettres n'ont pas de signification précise.

[Lettre complémentaire]
Cette lettre, quand elle existe, indique une légère variation électrique ou mécanique par rapport au composant de base. Elle n'a pas de signification précise, excepté pour la lettre R qui indique toujours une polarité inverse.

[Suffixe]
Une sous-classification peut être utilisée pour des produits qui comportent plusieurs variantes. Ce suffixe dépend du composant :

Diode de référence et de régulation de tension (zener) : suffixe composé de 1 lettre et de 1 nombre.

La lettre définie la tolérance :

A = 1% (série E96)

B = 2% (série E48)

C = 5% (série E24)

D = 10% (série E12)

E = 20% (série E6)

Le nombre indique la tension zener typique de travail. La lettre V remplace la virgule décimale (par exemple 5V1 pour 5,1V).

Diode d'écrêtage : suffixe composé de 1 nombre, qui défini la tension maximale inverse en continu (Vr). Comme pour la diode zener, la lettre V remplace la virgule décimale.

Diode de redressement et thyristor : suffixe composé de 1 nombre, qui indique la valeur de la tension inverse de crête répétitive maximale (Vrrm) ou la valeur de la tension de crête répétitive à l'état bloqué (Vdrm).

Détecteurs de radiation : un trait d'union (-) suivi d'un nombre indiquant la largeur de zone désertée en micromètres. Une lettre supplémentaire peut être ajoutée pour spécifier la résolution.

Réseau de générateurs et de détecteurs de rayonnements : une barre de fraction (/) suivie d'un nombre indiquant de combien d'éléments est constitué le réseau.

Notation JEDEC

Format : Chiffre, Lettre, Numéro de série, [Suffixe]
Exemples : 2N2222, 2N3819

2N2222
identificateur composant (nombre de pattes - 1)

toujours la lettre "N"

nombre "arbitraire"

 

Premier chiffre
Indique le nombre de connexions électriques effectives, moins une (le chiffre 2 indique qu'il y a 3 pattes). Les chiffres 4, 5 et 6 sont réservés aux optocoupleurs (4N25 ou 6N136 par exemple)

Lettre
Il s'agit toujours de la lettre "N".

Numéro de Série
Le numéro de série peut prendre une valeur comprise entre 100 et 9999. Là non plus il n'existe pas de logique particulière pour l'attribution de ce numéro, qui reste à la "discrétion" du fabricant. On peut cependant remarquer que l'ordre numérique correspond grosso-modo à l'ordre d'apparition dans le temps.

[Suffixe]
Le suffixe indique la fourchette de gain (hFE) du transistor, comme pour la notation Pro-Electron :

 

A = gain faible

B = gain moyen

C = gain élevé

 

Rien (aucune lettre) = le gain peut être élevé, moyen ou élevé (transistor non trié par le fabricant)

 

Cette "lettre de gain" était surtout utile pour les transistors des années 50 et 60, qui présentaient alors des caractéristiques assez variables. De nos jours, le gain d'un transistor donné est bien supérieur à son ancêtre de même référence, ce qui permet un remplacement souvent aisé.


Remarques 

Si un BC107 est requis dans une réalisation électronique, vous pouvez prendre n'importe lequel, avec ou sans lettre à la fin (rien, A, B ou C). Si un BC107B est requis, vous devrez obligatoirement utiliser un BC107B ou un BC107C. Si un BC107C est requis, vous devrez impérativement utiliser un BC107C. Vous l'avez compris, on peut aller "plus haut", mais pas "plus bas".

 

J'ai lu sur un site internet que cette dernière lettre pouvait aussi indiquer un type particulier de boitier, mais je n'ai pas pu vérifier cette information, ne l'ayant pas retrouvée ailleurs (confusion possible avec la notation Pro-Electron).

Notation japonaise JIS

Format : Chiffre, 2 lettres, Numéro de série, [Suffixe]
Exemples : 2SA494, 2SC690

2 SC 82DA
1 23 4 5


1 - Premier chiffre
Indique le nombre de connexions électriques effectives, moins une (le chiffre 2 indique qu'il y a 3 pattes).

2 - Pour un semi-conducteur enregistré sous l'EIAJ, cette lettre est toujours un S
Sinon, je ne sais pas...

3 - Troisième lettre : Polarité et application (usage)

 

A = Transistor PNP, haute fréquence

B = Transistor PNP, basse fréquence

C = Transistor NPN, haute fréquence

D = Transistor NPN, basse fréquence

E = Diode

F = Thyristor

G = Composant Gunn( diode Gunn par exemple)

H = Transistor UJT (Unijonction)

J = FET ou MOS-FET Canal P

K = FET ou MOS-FET Canal N

M = Thyristor bi-directionel (Triac ?)

Q = LED

R = Diode de redressement

S = Diode signal

T = ?

V = Diode Varicap

Z = Diode Zener

4 - Order d'application pour l'enregistrement EIAJ
Le numéro de série peut prendre une valeur comprise entre 10 et 9999. 

5 - Niveau (ou degré) d'amélioration
Un composant amélioré peut être utilisé en lieu et place d'un composant de la génération précédente, mais l'inverse n'est pas forcement possible.

Autres Notations - Exemple : Texas Instrument et ses transistors TIP

Format : 3 lettres, Numéro de série, [Suffixe]
Exemples : TIP31A, TIP32

TIP31A
Texas Instrument Power

nombre pair (PNP) ou impair (NPN)

dernière lettre

 

A côté des trois normes principales JEDEC, JIS et Pro-Electron, certains fabricants ont introduit sur le marché leur propre appellation, principalement pour des raisons commerciales (en faisant apparaitre leur nom dans le code), ou pour "élargir" les types de composants nécessaires à des applications spécialisées. La notation TIP de "Texas Instrument Power" est un exemple parmis d'autre, en voici d'autres :

 

MJ = Motorola Power, boitier métal

MJE = Motorola Power, boitier plastique

MJS = Motorola Low Power, boitier plastique

MRF = Motorola HF, VHF et Microondes

RCA = RCA

RCS = RCS

TIP = Texas Instruments Power, boitier plastique

TIPL = Texas Instruments PLanar power

TIS = Texas Instruments Small signal, boitier plastique

ZT = Ferranti

ZTX = Ferranti

 

Même transistor, marques différentes : même qualité ?

Oui et non (je suis sûr que vous adorez ce genre de réponse). Il existe parfois des différences de qualité entre composants supposés être identiques mais fabriqués par des constructeurs différents (même chose pour les circuits intégrés, les résistances, les condensateurs, les diodes). Dans les applications grand public, les différences sont négligeables ou ne posent pas de problèmes majeurs. Les différences peuvent se faire plus sensibles pour des composants de puissance, et plus encore pour des composants HF (transistors de puissance haute fréquence par exemple). Malheureusement, il est des cas où les différences ne commencent à se faire ressentir qu'au bout de plusieurs mois ou années d'utilisation. Difficile alors de choisir des composants lors de la conception quand il s'agit de nouveauté et que l'on n'a aucun recul !

Quelques exemples

 

AC128

A = Germanium, C = Transistor BF petite puissance, 128 = Usage "Grand public"

BC107

B = Silicium, C = Transistor BF petite puissance, 107 = Usage "Grand public"

BC107C

Idem que BC107, mais avec gain élevé garanti

BLX94

B = Silicium, L = Transistor RF de forte puissance, X = Usage Professionnel

2N2222

2N = Transistor à 3 pattes, 2222 = Nombre arbitraire donné par le fabricant

2N2222A

Idem 2N2222, mais avec gain minimum garanti

TIP32

TIP = Transistor de puissance de Texas Instrument, 32 = nombre pair donc PNP

MJE3055

Le fameux 2N3055, en "version" Motorola

TIS43

TIS = Transistor petite puissance de Texas Instrument, 43 = Nombre arbitraire donné par le fabricant

C733

"Diminutif" de 2SC733. Comme le code des transistors japonais commence toujours par 2S, ce "2S" est parfois omis. 
2 = 3 pattes, SC = NPN HF, 733 = Nombre arbitraire donné par le fabricant

 

 

 

 

 

 

 

Recherche personnalisée

Accuil