Temporisateur 10

Ce temporisateur permet d'allumer un appareil au bout d'un certain temps ou de l'éteindre au bout d'un certain temps, choix donné à l'utilisateur. 

temporisateur_010_pcb_3d_a

La durée de temporisation s'ajuste au moyen d'un potentiomètre classique et peut être comprise entre 0 et 1000 secondes, soit environ 16 minutes maximum. Le circuit fait appel à un microcontrôleur de type 12F675, associé à un quartz de 32,768 kHz pour assurer une précision suffisante de la durée de temporisation.

Schéma

Schéma complet, qui l'eut cru.

temporisateur_010

On y retrouve le PIC dans son rikiki boitier à huit broches, et quelques composants périphériques qui ont fini par trouver leur place.

Fonctionnement général

Lorsque le système est mis sous tension ou quand on appuie sur le bouton poussoir SW1 / Start, la temporisation démarre. Selon l'état logique de l'entrée GP1 du PIC (broche 6), la sortie est activée ou reste désactivée pendant la durée de la temporisation, ce point sera vu au paragraphe suivant. Dès que la temporisation est démarrée, un compteur s'incrémente de un point toutes les secondes. Et durant tout le temps de la temporisation, le logiciel du PIC lit la tension analogique présente sur l'entrée GP0/AN0 du PIC (broche 7). La tension en question peut prendre toute valeur comprise entre 0 V et +5 V, et la correspondance en nombre (valeur numérisée) peut varier entre 0 (pour 0 V d'entrée) et 1023 (pour +5 V d'entrée). Cela est lié au fait que le convertisseur analogique / numérique possède une résolution de quantification de 10 bits, ce qui correspond à 1024 pas possibles entre la plus petite valeur et la plus grande valeur numérisée. Si on applique une tension de +2,5 V en entrée AN0, alors le nombre numérisé sera de 511. Si on part du principe que cette valeur numérisée correspond directement au nombre de secondes de la temporisation, il devient alors très simple de prévoir une durée comprise entre 0 et 1023 secondes. Vous pigez l'astuce ? On compare la valeur de notre compteur qui s'incrémente toute les secondes avec la valeur numérique correspondant à la tension d'entrée (qu'on pourrait presque appeler tension de consigne) et si la première dépasse la seconde, alors on en déduit que la durée de la temporisation est arrivée à son terme. Je me demande s'il y a moyen de faire plus simple...

Remarque : le potentiomètre peut être manipulé alors que la temporisation est enclenchée, car la lecture de la position du curseur (lecture tension d'entrée analogique) est assurée en permanence. Si le nouveau réglage correspond à une valeur de temps déjà dépassée, alors la sortie se désactive aussitôt. Dans le cas contraire la durée de temporisation est tout simplement allongée et poursuit son cours.

Mode de sortie

La position du cavalier JP1 / OutMode permet de décider si la sortie est active pendant la temporisation ou si elle est active au bout de la temporisation. 

- Si l'entrée GP1 du PIC (broche 6) est à l'état logique bas au démarrage de la temporisation, alors la sortie est activée au terme de la temporisation et passe au niveau haut en fin de temporisation. Fonction style "C'est prêt, le rôti est à point".

- Si l'entrée GP1 du PIC (broche 6) est l'état logique haut au démarrage de la temporisation, alors la sortie est activée au début de la temporisation et passe au niveau bas en fin de temporisation. Fonction style "Minuterie d'escalier".

Commande de puissance

Elle se fait au travers du relais RL1 de petite ou moyenne puissance. Le transistor "tampon" Q1 garantit un fonctionnement correct même si la bobine du relais présente une résistance faible et qu'elle demande un courant de commande "élevé". La sortie du PIC utilisée pour la commande du relais ne peut en effet pas excéder 25 mA. C'est suffisant pour une LED mais pas pour tous les relais. En procédant ainsi, vous avez plus de latitude pour le choix du relais.

Alimentation

Alimentation simple de +5 V. Ca tombe bien, les relais 5 V existent.

Modification du comportement général

Tel que conçu, la minuterie démarre dès la mise sous tension. Si vous désirez qu'elle ne démarre que lors de l'appui sur le bouton poussoir SW1, il faut modifier un peu le code source (livré ci-après) pour :

- d'une part faire en sorte que la temporisation ne démarre pas à la mise sous tension,

- d'autre part ajouter une routine de surveillance d'appui sur le poussoir (très facile). 

Actuellement, le poussoir ne fait que reseter le programme à son point de départ, comme si on avait coupé puis rétabli l'alimentation.

Au lieu d'utiliser un cavalier pour spécifier le mode de sortie, vous pouvez aussi utiliser deux sorties dont les états logiques sont inversés. Dans ce cas, configurer la ligne GP1/AN1 en sortie et non en entrée comme c'est le cas actuellement, et donner à cette sortie (dans le code source) la valeur inverse de celle donnée à la sortie déjà existante GP2/AN2. Ainsi, il suffit de câbler la résistance R1 soit sur la sortie GP1 soit sur la sortie GP2, selon mode de sortie désiré. Personnellement, je préfère la présence du cavalier, plus facile de modifier le comportement du montage une fois tout soudé...

Logiciel du PIC

Fichier compilé pour PIC (binaire ;.hex) et codes sources complets (mikroPascal Pro V3.80)

Temporisateur 010 - 12F675 - (06/03/2011)

Circuit imprimé

Réalisé en simple face.

temporisateur_010_pcb_composants

Typon aux formats PDF, EPS et Bitmap 600 dpi

 

 

 

Accuil








 

 

Recherche personnalisée