Chenillard 11a

Ce chenillard pourrait être appelé "séquenceur temporisé". Il dispose de dix sorties individuelles temporisées, appelées Out1 à Out10, qui peuvent être activées à tour de rôle, pendant une durée déterminée. A chaque nouvel appui sur un bouton poussoir, la sortie qui succède la dernière activée, est activée pendant un temps déterminé par l'utilisateur. Ce temps peut par exemple être de 0,5 seconde. Que l'on appuie ensuite sur le bouton poussoir aussitôt après ou longtemps après ne change en rien la durée de temporisation pendant laquelle cette sortie est activée. Supposons que le montage vient d'être mis sous tension - à cet instant, aucune des dix sorties n'est activée, et aucune ne le sera tant que le bouton poussoir ne sera pas actionné. Si on appuie une fois sur le bouton poussoir, la première sortie (Out1) est activée pendant le temps "programmé". Si on ne fait rien de plus, cette sortie Out1 se désactive au bout de ce temps, et à nouveau plus aucune sortie n'est active. Si on appuie une nouvelle fois sur le bouton poussoir, la seconde sortie s'active, pendant une durée qui lui est propre, par exemple 2 secondes. Si avant l'écoulement des deux secondes on appuie à nouveau sur le bouton poussoir, la troisième sortie Out3 s'active à son tour, par exemple pendant une seconde. A cet instant, deux sorties sont activées en même temps, la sortie Out2 et la sortie Out3. La sortie Out2 va se désactiver toute seule au bout de 2 secondes, et la sortie Out3 va se désactiver toute seule au bout de 1 secondes. Il n'y a donc pas exclusivité entre les sorties, chacune étant déclenchée quand vient son heure - de façon séquentielle, et restant activée le temps qui lui est imparti. D'un point de vue fonctionnel, ce chenillard est fort similaire au chenillard 11b, qui présente cependant quelques différences avec celui présenté sur cette page, ces dernières sont résumées dans le tableau qui suit.


 

Chenillard 11a
 

Chenillard 11b

Technologie
 

Logique câblée
(CD4017 + CD4538)
 

Composant programmé
(PIC 16F628A)
 

Sorties multiples autorisées
 

Oui, toujours
 

Oui ou non, selon choix utilisateur
 

Temporisation programmable
 

Oui, durée individuelle pour chaque sortie
 

Oui, durée commune à toutes les sorties
 

Les deux circuits Chenillards 11a et Chenillard 11b possèdent chacun des caractéristiques qui vous feront peut-être préférer l'un ou l'autre. Si aucun ne convient à ce que vous cherchez, ou si les caractéristiques des deux doivent être réunies en un seul montage, il faudra peut-être alors penser à un Chenillard 011c...

Le schéma

Un compteur décimal CD4017 (déjà vu sur cette page), avec 5 doubles monostables CD4538, et bien sûr quelques résistances et condensateurs, pour décorer le tout. Les LEDs sont optionnelles mais comme Noël approche...

chenillard_011a

Le compteur

Le compteur décimal est donc un CD4017, comment aurait-il pu en être autrement ! Ses dix sorties sont activées successivement et de façon exclusive, au fil des impulsions positives transmises sur l'entrée d'horloge CLK. L'horloge est ici confiée à un bouton poussoir SW1 avec ses deux composants anti-rebonds R11 et C11, car le fonctionnement souhaité à l'origine était purement manuel. Rien cependant ne vous empêche de retirer SW1, R11 et C11 et d'appliquer un signal périodique provenant d'un oscillateur sur l'entrée CLK du CD4017. Mais je suis presque sûr que vous risquez de trouver le fonctionnement global moins drôle en procédant ainsi de façon automatique et "rigide". Quoique... je perçois une application dans le domaine musical qui pourrait être assez drôle...

Les sorties temporisées

Elles sont bien au nombre de dix, afin d'exploiter en totalité les dix sorties du compteur CD4017. Chacune dispose de son propre monostable destiné à fournir l'impulsion calibrée en temps que l'on attend tous. Comme les dix sections monostables sont rigoureusement identiques, discuter du fonctionnement d'une seule d'entre elles devrait normalement vous suffire. Les deux monostables inclus dans le circuit intégré CD4538 peuvent être commandés de deux façons différentes : soit avec une impulsion de déclenchement positive, soit avec une impulsion de déclenchement "négative", comme l'indiquent les deux schémas qui suivent.

electronique_monostables_001za

Ici, tous les monostable du chenillard sont exploités selon le premier schéma ci-avant, avec impulsion de déclenchement positive. La durée de l'impulsion de sortie (temporisation) est fonction de la valeur des résistances et condensateurs reliés sur les pattes CX et RC, selon la formule suivante, fort simple à retenir :

T = R ; C

Avec T en secondes, R en ohms et C en Farad.

Si R = 1 MO et C = 1 uF, alors T = 1 seconde. Et si R = 1 MO et C = 10 uF, alors T = 10 seconde.

Afin de donner une certaine logique au schéma, j'ai nommé les composants de la première sortie temporisée Out1 avec le suffixe "1", tel que l'on ait RV1, R1 et C1 en relation directe avec la sortie Q1 du compteur CD4017. Même chose pour les autres sorties, de Q2 jusqu'à Q9, qui pilotent les sorties Out2 à Out9.

Pour le monostable U2:B de la sortie Out1, la durée est définie par la valeur de RV1 et de C1, et est comprise entre 0 et 1 seconde, selon position du curseur de RV1. Pour la sortie Out7, c'est RV7 et C7 qui sont concernés. Etc. La sortie Q0 du CD4017 déclenche quant à elle le monostable de la dixième sortie Out10, avec RV10, R10 et C10.

Cette numérotation est en fait fort logique, quand on sait qu'à la mise sous tension, c'est la première sortie Q0 du compteur CD4017 qui est activée, et cela est toujours le cas grâce à la présence de R12 et C12 qui à cet instant précis forcent la remise à zéro du compteur. En conséquence, le premier appui sur le poussoir SW1 active la deuxième sortie du compteur, qui est Q1 et qui active la sortie temporisée Out1. Vous suivez toujours ? 

Exploitation des sorties temporisées

Les sorties Q des dix monostables peuvent être mises à profit selon votre bon vouloir : vous pouvez piloter un relais ou un triac en s'appuyant sur un petit transistor additionnel, ou commander n'importe quel objet de vos rêves dès l'instant où le courant qu'il réclame ne dépasse pas quelques mA, exemples. Rappelez-vous que les monostables employés ici sont de la famille CMOS, peu encline à délivrer des ampères à gogo.

Remarques : les LEDs D1 à D10, câblées sur les sorties complémentées Q barre des monostables, s'allument quand les sorties sont activées. Selon le type de visualisation dont vous disposerez via les sorties Q et l'éventuelle interface que vous ajouterez, ces LEDs et leurs résistances série R1 à R10 seront peut-être inutiles, et vous pourrez alors les griller sous la tension de votre choix.

Alimentation

Voilà une drôle de question, mais je vous comprend. Oui, le montage doit être alimenté. Sans quoi vous pourrez insister longtemps sur le bouton poussoir SW1 avant de voir une quelconque réaction de la part du montage. Quelle valeur ? Une tension minimale de +5 V n'est pas mal du tout. Une tension maximale de +15 V est bien aussi (la limite extrême réelle est de 18 V). Entre les deux, je vous conseille une tension de +9 V ou de +12 V.

Remarque : si tension supérieure à 9 V, remplacer les résistances R1 à R10 par des 510 ohms.

 

 

 

Accuil








 

 

Recherche personnalisée